dimanche 8 mars 2015

Eloge de la femme russe


La Fête des Femmes en Russie, le 8 mars, est une fête de toute première importance.

Chaque femme - qu'elle soit un adorable petit bébé de 4 mois, une enfant espiègle, une jeune fille coquette, une femme charmante, une grand-mère attentionnée - est fêtée, célébrée, honorée.




Pour chaque femme russe, le 8 mars, c'est с'праздником! s'praznikom !  à la fois Noël, l'anniversaire et la fête des mères. Les magasins sont pris d'assaut, et nous les hommes devons nous lever tôt si nous voulons trouver du champagne, des fleurs ou du chocolat (mais les perles, les montres en argent et les diamants sont aussi acceptés).

Les femmes russes sont belles, très belles, et un de leurs poètes a eu raison de dire :

"La nature a mis les pierreries et les richesses à l'Orient, les fruits délicieux au Midi, l'industrie et les arts à l'Occident ; mais elle a fait davantage pour le Nord, puisqu'elle nous a donné les plus belles femmes du monde." 

Le plus bel hommage qui leur ait été rendu a été composé, ce me semble, par Théophile Gautier au chapitre IX de son étonnant Voyage en Russie (1866).

La Russie, dans son immense étendue, comprend bien des races diverses, et le type de la beauté féminine y varie beaucoup. Cependant on peut signaler, comme traits caractéristiques, une extrême blancheur de peau, des yeux gris-bleu, des cheveux blonds ou châtains, un certain embonpoint provenant du manque d’exercice et de la réclusion que commande l’hiver de sept ou huit mois.

On dirait, à voir les beautés russes, des odalisques que le génie du Nord tient enfermées dans une serre chaude.

Elles ont un teint de neige, avec des nuances de camélia près de l’onglet, comme ces femmes du sérail toujours voilées et dont le soleil n’a jamais affleuré l’épiderme.

Dans la blancheur de leurs visages, leurs traits délicats s’estompent à demi comme les traits du visage de la lune, et ces lignes peu accusées forment des physionomies d’une douceur hyperboréenne et d’une grâce polaire.


Une douceur hyperboréenne et une grâce polaire !

Comme pour contredire notre description, voici que, dans le traîneau arrêté près de notre troïka, rayonne une beauté toute méridionale, aux sourcils d’un noir velouté, un nez aquilin, à l’ovale allongé, au teint brun, aux lèvres rouges comme la grenade, pur type de la race caucasique, une Circassienne, peut-être hier encore mahométane.

ça  et là, quelques yeux un peu bridés et remontant vers la tempe par l’angle externe, rappellent que, par un côté,, la Russie touche à la Chine ; des Finnoises mignonnes, aux prunelles de turquoise, aux cheveux d’or pâle, au teint blanc et rosé, apportent une variété septentrionale de type qui fait contraste avec quelques belles Grecques d’Odessa, reconnaissables à la coupe droite de leur nez et à leurs grands yeux noirs, pareils à ceux des madones byzantines.


Tout cela forme un ensemble assez charmant, et ces jolies têtes sortent, comme des fleurs d’hiver, d’un amoncellement de fourrures, recouvert lui-même par les peaux d’ours blanches ou noirs jetées sur les traîneaux et les calèches. 


Une Circassienne, peut-être hier encore mahométane ?

6 commentaires:

  1. Cher Grog! Même si je suis extrêmement flattée par vos propos , pourriez-vous consacrer un de vos prochains billets aux femmes françaises, pour que je puisse le partager avec toutes mes magnifiques amies sur Facebook? En tout cas je reste une lectrice fidèle de votre blog! Acia

    RépondreSupprimer
  2. Chère Acia, merci pour votre commentaire. Une question, vos "magnifiques amies" sont-elles françaises ou russes ?
    Un billet sur les femmes françaises, sujet très délicat ! Je vais cependant y réfléchir.

    RépondreSupprimer
  3. Elles sont françaises! Je vis en France depuis une dizaine d'années, j'aime votre blog et je partage pratiquement tous les billets sur Facebook. Bon, après, il est certain que la beauté est importante, mais la beauté intérieure est déterminante, je pense! Je trouve que les femmes françaises sont surtout naturelles. Les femmes russes vivent souvent des stéréotypes sur la beauté, telle qu'elle doit être. Il faut toujours être maquillée, bien habillée, bien coiffée, quoi qu'il arrive! Ici, j'ai appris à apprécier la beauté naturelle, la beauté du sourire, des yeux etc. sans pour autant être négligée. D'ailleurs, la preuve, c'est que vous les hommes, vous nous aimez autant le matin au réveil que après une toilette soigneusement effectuée. Bon, après, je ne sais pas, c'est vous qui êtes mieux placé pour apprécier le côté coquet des femmes russes. Mais j'avoue que j'ai été un peu embarrassée devant mes amis françaises qui méritent autant d'éloges pour leur côté spontané, vrai! Acia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Acia, votre commentaire sur la femme française est superbe et comme "nul n'est prophète en son pays", je crois qu'il appartenait à une Russe d'écrire si justement sur les Françaises ! Merci.

      Supprimer
  4. En tout cas, cela me fait extrêmement plaisir de vous lire, je sens que vous êtes tombé amoureux de la Russie au point d’acquérir la mentalité russe, assimiler la façon de vivre et de voir le monde extérieur. C'est un peu ce que j’ai fait mais en France. Et c'est extrêmement intéressant d’échanger justement.Il n’empêche qu’on reste patriotes de nos patries respectives! Acia

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Acia, c'est vrai que je suis tombé amoureux de la Russie où j'ai d'ailleurs rencontré ma chérie ! Si je pouvais, d'ici 10 ans, écrire aussi bien le russe que vous écrivez le français, ce serait vraiment parfait. Bientôt, et grâce à votre suggestion, un petit billet sur la femme française. Bonne journée

    RépondreSupprimer