mardi 28 avril 2015

L'art d'être un moujik, d'après Poutine.


Le 16 avril dernier, Poutine - dont je constate chaque jour l'incroyable popularité auprès de toutes les classes sociales de la population russe - passait à la télévision pour répondre aux questions de ses concitoyens. 

J'ai bien aimé l'anecdote avec Schröder au bania, la voici :

Schröder était venu me rendre visite il y a quelques années, et nous étions allés au bania mais le poêle a pris feu. 

Comme il était en train de se servir une bière, je lui ai dit : 

"Gérard, on doit filer d'ici à toute vitesse, sinon on va brûler vifs". 

Il m'a répondu :

"Je bois d'abord ma bière, et après on y va" 

Voilà un caractère de moujik !


Résultat de recherche d'images pour "schröder-poutine"



Qu'aurait fait Hollande Premier dans la même situation ?



jeudi 23 avril 2015

Russie, terre promise !

Le philosophe de tradition orale GUGUL, expert linguistique auprès de l'Ambassade de France en Russie, m'a fait récemment parvenir cette information qui à la fois me désole et me réjouit.

La communauté française s’agrandit à Samara. Onze personnes d’une même famille viennent y habiter définitivement en septembre. L’un a même écrit à Poutine pour obtenir la nationalité russe !

Raisons principales de leur émigration : décadence en France, théorie du genre à l'école, liberté d'expression de plus en plus petite, perte des valeurs chrétiennes.

La Russie serait- elle pour les Français comme l’Amérique pour les Anglais du 17e siècle?!

C'est quasi une émigration politique. Edward Snowden et Depardieu ne sont que les prémices !


Un aéro-taxi glissant sur la Volga gelée à Samara




Il ne me reste plus qu'à souhaiter la bienvenue à cette famille française,


Добро пожаловать в Россию !


et merci à Gugul pour l'information


Une des rares photos de GUGUL, 
disciple heureux de Botul.

dimanche 19 avril 2015

ATTENTION A LA FONTE DES GLACES !


L'hiver à Togliatti touche vraiment à sa fin.

La preuve par l'image

HIVER






PRINTEMPS




Bon, c'est vrai, j'aurais pu illustrer mon propos avec des photos de la Volga, mais comment résister au charme de ces immeubles de type "Tachkent" de 16 étages ?!


jeudi 16 avril 2015

AU BOULEAU !



Le bouleau avec son tronc blanc si particulier est sans doute l'arbre qui représente le mieux la Russie.


La monotonie des forêts de bouleaux est un lieu commun du voyage en Transsibérien.

En automne, lorsque leur feuillage devient tout doré,  les bouleaux semblent être en feu, spectacle magnifique.

Un bouleau en octobre dans la forêt de Togliatti

Pourtant, c'est on printemps que le bouleau peut offrir au chercheur d'or, son véritable trésor, son sang, sa sève !

Personnellement, j'espère bien pouvoir cette année aller récolter du jus de bouleau, Сок березовый, dans les monts Jigouli, en face de Togliatti, de l'autre côté de la Volga.

Je reprends aujourd'hui l'article de Jean-Marc DUPUIS consacré à cette sève magique - et si vous voulez vivre 120 ans grâce à des produits naturels, allez donc faire un tour sur son blog SANTE NATURE INNOVATION.


Résultat de recherche d'images pour "Сок березовый"


* * *

La sève de bouleau est déjà là

Le printemps est là !

Du coup, la sève de bouleau coule déjà à flots dans nos forêts.

Remarquez que tout le monde s'en moque, de la montée de la sève de bouleau. Tout le monde ou presque.

La plupart de nos contemporains ont totalement oublié que, il y a 50 ans encore, la majorité des populations européennes, de l'Écosse jusqu'à la Russie en passant par la Norvège, la Slovénie et la Hongrie, attendaient avec une brûlante impatience la montée de la sève à la fin de l'hiver. Plus qu'une tradition, c'était une fièvre qui saisissait collectivement l'Europe. Armées de couteaux (pour faire des entailles dans les troncs), de seaux et de tubes, des centaines de milliers de personnes partaient à l'assaut des forêts pour récolter la précieuse sève de bouleau.


Résultat de recherche d'images pour "Сок березовый"


Purifier l'organisme

Dans la vision des naturopathes, le corps est pourvu d'émonctoires qui jouent un rôle de filtres épurateurs : foie et intestin, rein, poumon et peau. L'alimentation dénaturée, inadaptée ou excessive, la sédentarité, l'absence de sudation et, actuellement, la pollution et le stress, provoqueraient une surcharge de ces émonctoires. Le processus de « nettoyage » s'essoufflerait. S'ensuivraient un « encrassement » et un « ralentissement métabolique » avec, comme premier symptôme, la fatigue souvent ressentie aux changements de saison.

Selon eux, il faudrait débarrasser l'organisme de tout ce qui l'encombre, éliminer les graisses épaisses qui retiennent les pesticides, les produits chimiques, les fumées. Les naturopathes pensent qu'il est important d'aider le foie, l'intestin, la vessie, les reins à se purifier – surtout à la fin de la saison froide.

La sève de bouleau, élixir précieux

Et justement, Dame Nature a prévu de nous donner un élixir extraordinaire et précieux pour ce grand nettoyage : la sève de bouleau.

Aujourd'hui, l'habitude de boire de la sève de bouleau a quasiment disparu et nos contemporains ne connaissent plus, comme produit de la sève d'un arbre, que le sirop d'érable canadien (très sucré). Mais en réalité, les Soviétiques ont maintenu l'industrie de la sève du bouleau jusqu'à la chute du Mur de Berlin. On possède d'ailleurs d'étonnantes photos prises en RDA, dans les années 80, où l'on voit des dizaines de personnes occupées à la récolte en forêt.

En Lettonie, la sève de bouleau est considérée encore aujourd'hui comme un véritable trésor national [1].

Et ce n'est pas pour rien :

La sève de bouleau contient des éléments naturels très intéressants dont on ignore encore tous les mécanismes d'action : de la vitamine C, des flavonoïdes antioxydants comme la quercétine, des tanins, de l'acide chlorogénique. Elle est riche en calcium, magnésium, silicium, sodium et potassium.

Fraîche, elle contient aussi des oligo-éléments immédiatement biodisponibles comme le cuivre, le fer, le manganèse, le zinc si rares dans nos aliments. Elle contient également des mucilages et 17 acides aminés dont l'acide glutamique qui vivifie et dynamise. Elle contient aussi des cytosines et des sucres sous forme de fructose, de 0,5 à 0,2 %.

La sève de bouleau contient encore deux hétérosides, le bétuloside et le monotropitoside qui libèrent par hydrolyse enzymatique du salycicate de méthyle, un analgésique, anti-inflammatoire et diurétique efficace.


Résultat de recherche d'images pour "Сок березовый"

Des vertus surprenantes


Dans pratiquement toutes les populations d'Europe centrale et du nord et jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, dans toutes les classes de la population, elle était donnée aux enfants pour suppléer le lait maternel. On l'utilisait pour renforcer la croissance des enfants et des adolescents, pour rendre à leurs parents l'énergie amoindrie par les hivers rigoureux, pour donner aux vieillards plus de force et enfin pour atténuer ou supprimer leurs douleurs rhumatismales ou articulaires.

Dans les campagnes en Russie, la dernière bouteille était réservée au Pope – le prêtre orthodoxe.

Une tradition immémoriale

On appelait autrefois le bouleau « arbre de la sagesse », mais également « arbre aux néphrétiques » pour ses vertus thérapeutiques.

Le célèbre voyageur arabe Ahmad Ibn Fadlan notait déjà, en 941, que les populations bulgares turcophones vivant le long de la Volga buvaient de la sève de bouleau. Le savant allemand Conrad de Megenberg (XIVe Siècle) mentionne qu'elle était utilisée comme boisson rafraîchissante. Le géographe persan Rashid-al-Din témoigne également que les tribus Uriankhai de Sibérie coupaient les bouleaux et buvaient la sève à la place de l'eau.

En 1565, le médecin siennois Matthéole écrivait :

« Si on perce le tronc du bouleau avec une tarière, il en sort une grande quantité d'eau, laquelle a grande propriété et vertu à rompre la pierre tant aux reins qu'en la vessie, si l'on continue d'en user. Si on s'en lave la bouche, elle guérit les ulcères qui sont dedans. » 
Trois siècles plus tard, Pierre-François Percy, le chirurgien militaire des armées de Napoléon, déclara :

« Dans tout le nord de l'Europe, jusqu'aux confins de la Russie, l'eau de bouleau est l'espoir, le bonheur, et la panacée des habitants riches ou pauvres, grands et petits, seigneurs et serfs… Les maladies de la peau, boutons, dartres, couperose etc. lui résistent rarement. C'est un remède précieux dans les affections rhumatismales, les reliquats de goutte, les embarras de la vessie et une foule de maladies chroniques. »
L'ethnologue suédois Gösta Berg suggérait aussi que la sève de bouleau était probablement le médicament le plus courant et le plus efficace contre le scorbut, provoqué par une carence en vitamine C.

Résultat de recherche d'images pour "Сок березовый"

Des vertus multiples

Les recherches modernes ont révélé la présence de bétuline, une petite molécule qui améliore la résistance à l'insuline, réduit les plaques d'athérosclérose (qui rigidifient les artères et favorisent les accidents cardiaques) et soigne l'hyperlipidémie (trop de graisse dans le sang) [2].

D'autres travaux menés en ex-Union soviétique indiquent que la sève de bouleau peut être utilisée dans le cadre de traitements contre l'anémie, le cancer, la tuberculose, les calculs rénaux, la goutte, l'arthrose, les rhumatismes, le rhume et les maladies de peau [3].

Un médicament développé en URSS, le Biomos, fait à partir de sève de bouleau, a une capacité démontrée à cicatriser les blessures et les brûlures et agit comme substance antidouleur et antisclérose [4].

Probablement par manque d'intérêt financier, les recherches sur la sève de bouleau sont éparses, mais un certain nombre d'entre elles confirment ces usages ancestraux. Une récente étude menée en Russie a ainsi montré un pouvoir surprenant de ce produit à soutenir la fonction hépatique sur des malades touchés par une hépatite C chronique. En 12 semaines l'activité du virus a été réduite de 43 % [5].

Par ailleurs, les recherches ont montré que l'acide chlorogénique de la sève de bouleau (qu'on retrouve aussi dans le café) diminue l'appétit, diminue l'absorption des glucides et favorise l'utilisation des graisses pour fournir de l'énergie et permet une perte de poids qui peut atteindre 4 kg en 12 semaines [6].

En Europe de l'Ouest, les sociétés qui commercialisent la sève de bouleau mettent en avant ses vertus pour favoriser le drainage et l'élimination des déchets acides de l'organisme (acide urique), ce qui aurait un effet contre les douleurs rhumatismales et les douleurs articulaires. Là encore, la science semble confirmer l'usage traditionnel : l'acide chlorogénique module l'activité du système immunitaire pour réduire l'inflammation dans l'arthrite rhumatoïde [7] et le salicylate de méthyle présent dans la sève exerce des effets comparables à ceux de l'aspirine (acide acétylsalicylique) pour contrôler la douleur.

La sève de bouleau est aussi proposée pour stimuler le métabolisme et détoxifier le corps en douceur (eczéma, dartres, psoriasis, dermites du cuir chevelu…).

Les études menées par l'Université de Riga, en Lettonie, ont également prouvé que la sève de bouleau dispose de fortes propriétés antioxydantes et retarde les effets du vieillissement. Elle stimule à la fois la croissance des cellules du derme et de l'épiderme et protège les cellules de la peau contre le stress oxydatif, y compris des rayons ultraviolets, de la pollution et des effets d'inflammations.

Pour finir, les flavonoïdes qu'elle contient comme la quercétine sont aujourd'hui d'une efficacité reconnue pour renforcer les vaisseaux sanguins, diminuer la tension artérielle et combattre la rétention d'eau [8].



Une récolte respectueuse de la nature

La récolte de sève de bouleau fraîche ne nécessite ni abattage, ni sacrifice des arbres. Après avoir percé un trou horizontal dans le tronc, il s'agit de laisser couler la sève goutte à goutte dans une bouteille grâce à un tuyau, en évitant l'intrusion de poussières et de salissures dans l'arbre. Un arbre fournira facilement un à deux litres de sève par jour, voire jusqu'à dix litres en deux jours pour un arbre de grande taille. Aucun risque d'épuiser l'arbre, il ne vous donnera que ce dont il n'a pas besoin.

Et de fait, celui qui se hasarde à couper un bouleau de plus de 20 ans au moment de la montée de la sève au printemps s'expose, sans rire, à une inondation. La sève jaillit comme l'eau d'une fontaine.

Une fois la récolte achevée, il faut boucher les trous à l'aide de chevilles de bois pour protéger l'arbre contre les infections.

Conseils pratiques pour la cure

Lorsque l'on commence une cure de sève de bouleau, il est conseillé de l'ingérer à jeun, tous les matins pendant 3 semaines. La cure de jouvence consiste à boire au moins 3 litres de sève de bouleau sur une période de 21 jours (à raison, environ, de 150 millilitres/jour) ou 5 litres dans l'idéal (à raison de 250 millilitres/jour) pour les personnes fatiguées, souffrant de rhumatismes ou souhaitant tout simplement détoxifier efficacement leur organisme.

La qualité de la sève de bouleau dépendra bien entendu de celle du sol. Les personnes qui récoltent la sève sérieusement font des prélèvements préalables pour identifier les arbres les plus aptes à produire une sève de qualité. A taille égale et à un mètre de distance, deux arbres peuvent présenter des caractéristiques diamétralement opposées.

La sève doit être récoltée près du sol (+/- 0,50 m), elle est dite minérale et sera plus trouble et plus bienfaisante que si elle est récoltée à 2 m de hauteur ou sur une branche.

Elle doit provenir de lieux préservés de la pollution et il est impératif que la sève soit fraîche, c'est-à-dire à l'état pur.

La sève de bouleau en cure de printemps

En France, la référence de la sève pure, biologique, est la société Végétal Water (eau végétale). Elle récolte la sève dans les forêts françaises de la Dombes, sur les plateaux du Jura, grâce à des spécialistes qui respectent les traditions ancestrales.

L'avantage de ce récoltant est que sa sève de bouleau n'est ni congelée, ni alcoolisée, ni nanofiltrée, ni pasteurisée. Elle ne subit aucun traitement industriel. C'est une sève 100 % naturelle et bio.

Si vous êtes intéressé, vous pouvez directement vous rendre sur leur site en cliquant ici.

Si vous décidez d'aller vous fournir sur Internet ou en magasin bio, attention à ne pas confondre avec la sève de bouleau pasteurisée (qui perd plusieurs de ses propriétés fondamentales) ou le jus de bouleau (qui n'est pas de la sève, mais une décoction de feuilles de bouleau).

A votre santé !

Jean-Marc Dupuis

Résultat de recherche d'images pour "Сок березовый"

dimanche 12 avril 2015

Pour ou contre le koulitch ?


C'était aujourd'hui la Pâque orthodoxe. 

A 8 heures du matin, deux petites voisines toutes blondes sont venues frapper à la porte et me réveiller avec ces paroles de joie :

Христос воскресе! 
(Christ est ressuscité, Kristos Vaskréssié !)

Ce à quoi j'ai répondu :

  Воистину воскресе! 
(Il est vraiment ressuscité, Vaïstinu Vaskréssié !)

Je leur ai offert quelques œufs préparés et décorés la veille avec ma princesse. Elles sont reparties avec le sourire frapper à d'autres portes.




Pour le petit-déjeuner, nous ne sommes pas allés chercher des œufs (ou des cloches ou des lapins) en chocolat dans le jardin - ça ne se fait pas en Russie - mais nous avons dégusté une belle part de кулич / koulitch fait maison, le traditionnel gâteau de Pâques, qui ressemble un peu à une brioche française aux raisins ou un panettone italien avec un beau glaçage.



Et pendant ce temps, les cloches de l'église d'à côté sonnaient à toute volée.


mercredi 8 avril 2015

La revanche du rouble !

Alors que l'Euro se casse la gueule par rapport au dollar (on est passé en quelques mois de 1 Euro = 1,4 dollars à 1 Euro= 1 dollar) et que le rouble reprend des forces (1 Euro valait 100 roubles il y a quelques mois, 1 Euro vaut 57 roubles aujourd'hui), j'ai trouvé sur le site SPUTNIKNEWS.COM, cette très intéressante analyse...RoubleAu cours des trois premiers mois de 2015, le rouble est passé de la plus faible à l'une des plus fortes monnaies du monde, estime l'agence Bloomberg.
La hausse du rouble a réfuté les prévisions de la plupart des experts occidentaux qui n'ont pas pris en compte le principal facteur de l'appréciation de la monnaie russe: le cessez-le-feu en Ukraine, rapporte l'agence Bloomberg. 
"Au cours des trois premiers mois de 2015, le rouble est passé de la plus faible à la meilleure monnaie du monde, réfutant les pronostics des analystes les plus perspicaces", affirme Bloomberg.   
Selon l'agence, la chute des cours du pétrole jusqu'au minimum d'il y a six ans et la réduction des taux d'intérêt sont passées au second plan, cédant la première place à la trêve dans le Donbass. 
Afin d'évaluer la dynamique du rouble, les investisseurs doivent suivre les événements dans l'est de l'Ukraine, affirme Simon Quijano-Evans, chef de la recherche sur les marchés émergents à la Commerzbank de Londres.  
Le rouble s'est apprécié de 4,4% au premier trimestre 2015, malgré le fait que la Banque centrale de Russie ait réduit le taux directeur de 300 points de base et que le cours du baril reste de 29% inférieur à son cours d'il y a trois mois.  
Le succès remporté au premier trimestre pourrait se poursuivre au deuxième, estime Tatyana Orlova, économiste en chef responsable de la Russie à la Royal Bank of Scotland Group Plc. Selon elle, d'ici fin juin, la monnaie russe pourrait s'apprécier de 5,1% par rapport au billet vert, passant à 55,4 roubles pour un dollar.

De l'éducation sexuelle...



NGD chez lui à Bogota, dans sa bibliothèque


388
L’éducation sexuelle se propose 
de faciliter à l’élève l’apprentissage des perversions sexuelles.



269
Le moderne invertit la hiérarchie des problèmes.
Sur l’éducation sexuelle, par exemple, tout le monde pontifie, mais qui se préoccupe de l’éducation des sentiments.


NICOLAS GOMEZ DAVILA
le Colombien génial
l'auteur du Réactionnaire authentique


mardi 7 avril 2015

L'Education nationale, les Trans et les Bi

En me promenant sur la première page du site du Rectorat de l'Académie de Paris, mon œil a été attiré par ces 3 affiches...







Préparez-vous au changement, au vrai, en force








La mobilisation pour tous 










sans commentaire


Doña Corina en México

Chose promise, chose due. 

Depuis plusieurs articles déjà je vous parle de la récente traduction de mon livre l'Anagramme, par Guillermo de la Mora, un Freier Geist mexicain.

Voici donc le premier chapitre en espagnol.

Si vous voulez la version française, reportez-vous au billet intitulé DRACULA et PANCHO VILLA.

Bonne lecture !


AMORCE
  
No le tengas miedo al fin de los tiempos. La humanidad es inextinguible. Sólo las cosas bellas desaparecen.

·        

Deseo de vivir. ¿Pleonasmo?
·        

Como una úlcera que se cierra sobre una herida infectada.

·        
  
Adoro cuando de una mirada nace una sonrisa. ¿Cuándo de una sonrisa nace una palabra? Jamás lo he visto, pero creo en ello como en Dios mismo.

·
        
Dios existe, no hay duda de ello. La pregunta fundamental no se encuentra allí. Las preguntas insolubles: ¿Quién es Dios? ¿Qué es Dios? ¿Cuándo es Dios? ¿Para quién? ¿Por dónde? y esto puede durar como una tortura infinita, cual la hidra o la medusa. Cuando se sufre, un segundo es un día y un día un año.
·
        
¿Cree usted en María? ¿Cree usted todavía en lo increíble?

·
        
Aprender a matar a un hombre de un golpe de fusil remojado en cianuro. Tan solo un rasguño. Para reír y para matar.

·        

Aullar para provocar miedo, porque se tiene miedo.

·        

Vamos con las putas como al kebab. Los huevos rebosantes y el vientre vacío. Te atascas con uno, la atascas en otra, y todo se invierte.

·        

¿Adoptar el hijo al cual hemos asesinado a sus padres?

·        

Una cita fuera de contexto es como una bala fuera de su fusil. No sirve de nada.
·        

Querer que todo sirva: moral de lacayo. De siervo. De esclavo. Para quien quiere ser capataz, lo inútil es patria.

·        

Al frecuentar a los grandes espíritus, de leerlos, a fuerza de citarlos, de comentarlos, de dialogar con ellos, uno termina por creerse invitado al Banquete. ¿Cómo anfitrión o como sirviente? ¿Servir vino a Sócrates?

·        

¿Cómo alzar al hombre sin que por ello pierdan sus pies contacto con el suelo? ¿Cómo alzar al hombre sin que por ello sus pies comiencen a agitarse de forma convulsiva, como los de un ahorcado?

·        

Todo lo que comienza tiene que terminar.

·        

Para un imbécil de su calaña, trece balazos sobre su cuerpo son doce de sobra.

·        

Para un imbécil de su talla, dispararle trece balas sería un elogio sobrado. Una es suficiente.

·
        
Apuntar a un costado del blanco – humano. Ligeramente adelante. No por piedad sino por anticipación. El imbécil seguro se mueve.

·        

Disparar una metralleta de alto calibre contra nuestros contemporáneos sería una muestra de dulzura. Yo preferiría utilizar el picahielos o el cuchillo.

·        

Podría  ya no ser, sin por lo tanto afectar al ser.

·
        
El mejor argumento ontológico: el culo de una puta rusa en tanga.

·        

¿El diablo? El culo de una gringa de veinticinco años que pesa cinco veces su edad.

·        

Ser flexible. Saber doblarse, pero sin someterse. Ser flexible como la hoja de un florete.

·
        
Cada paso que doy me alejo del lugar también me acerco. Cualquier escapatoria es imposible. La Tierra es redonda.

·        

Duquesas y champaña.

·        

Tengo lugar solamente para una mujer en mi corazón. Pero poseo mil corazones.

·        

Cazar espectros con una red para mariposas y una kalachnikov.

·        

El viento sobre los campos de colza, como sobre el mar.

·
        
Ser flexible. Saber moldearse sin doblarse. Ser flexible como la hoja de un florete.
·        

Amo los libros pero las librerías me hastían. Ellas son para mí lo que los campos de rosas son para el Principito.

·
        
Cuando veo a una mujer con una cola de caballo, me invade una cierta urgencia por cabalgarla. ¡Arre!

·        

Se puede vivir mucho tiempo sin amor. Solamente sobrevivir. Por suerte yo me amo.
·
        
Las mujeres raras son raras. Aquellas que hacen algo de su neurosis. Aquellas que canalizan su histeria, que se alimentan de su anorexia, que fertilizan su angustia.

· 
       
Subir putas a mi auto para descargar en ellas. Montarlas para desmantelarlas.

·
        
Las columnas de una agenda, barrotes de una prisión.

·        

¿Qué es Dios sino la metamorfosis que consiste a otorgarle un rostro al vacío, a personificar la nada?
¿Qué es el amor sino la personificación de la nada en Dios, y la transfiguración de Dios en el ser amado?

·        
                                                   
Ser libre, no es ser uno mismo. Al contrario, es salir de uno mismo, convertirse en un extraño para sí.
Es necesario alienarse, encadenarse. ¿Pero a qué?

·
        
Lamer el asfalto y el cemento que sus pies han pisado.

·
        
Furia, como me perturbas.
·
        
Lamer el asfalto y el concreto que sus pies han tocado.

·
        
El deseo es imposible de forzar. Amar no da ningún derecho. Sólo un deber total y agobiante.

·
        
Aquel que me matará ya se encuentra muerto. Su cadáver destrozado se descompone desde hace tiempo en una fosa pútrida.  

·        

Virginidad hasta el matrimonio ¿Por qué no? Cuando uno se casa a los diecisiete años.

·        

El mar enfurecido es bello, cuando no se está dentro.

Me gustan los barcos. Cuando se encuentran en el puerto, no lejos de los bares.
·
        
Que no me pregunten qué hago ni a donde voy. Esas son preguntas de policía. Me irritan.

·        

La manuela, mujer sin gracia alguna.

·        

La liberación es un combate excitante, la libertad un hastío devastador.

·        

Nunca ser libre, sino devenirlo siempre.

 ·
   
Soy demasiado egoísta para ser celoso.

·        

Soy el hombre jabón, la pasión resbala sobre mí.

·        

Poder de la mujer de pechos generosos, logra hacer bajar la mirada.

·        

Corina

Tú me amas de buena manera y yo te amo
Te amo sin bien alguno
Te amo mal sin duda
Alto y corto
Como un ahorcado con una erección.

·        

Amo la locura pero no estoy loco. La razón es mi mujer, la locura mi amante.

Résultat de recherche d'images pour "bal des pendus"