vendredi 8 mai 2015

Le 9 mai en Russie, la Fête de la Victoire !


Une première question : pourquoi la victoire contre l'Allemagne nazie est-elle célébrée le 8 mai en France, en Angleterre et aux Etats-Unis, et le 9 mai en Russie et dans les pays de l'ex-URSS ?

Réponse : les troupes allemandes - qui avaient massacré 25 millions de Soviétiques dont 15 millions de Russes - craignant d'être victimes de la colère et de la vengeance des troupes de Staline préférèrent se rendre aux Alliés. C'est pourquoi les Allemands signèrent d'abord un traité avec eux le 7 mai à Reims, traité qui prévoyait l'arrêt des combats le 8 mai.

Staline, furieux, exigea et obtint que la reddition fut aussi signée à Berlin, contrôlée par l'Armée Rouge. Ce qui fut fait le 8 mai à 23 heures  et quelques, heure locale. Donc le 9 mai, heure soviétique. D'où la différence de date, encore aujourd'hui pour la célébration. (Et merci à Pierre Bacara, lecteur avisé de ce blog, pour la correction.)

A Berlin !

C'était il y a 70 ans !




Le nazisme vaincu.

Vaincu pour toujours ?

Hélas, non.

70 ans plus tard, des bataillons nazis - comme le bataillon Azov - sillonnent l'Ukraine, avec l'aval bienveillant du gouvernement ukrainien, gouvernement directement soutenu par les Etats-Unis, l'Europe et la France.

Honte pour la France, honte pour l'Europe, honte pour les Etats-Unis.

Cette honteuse affaire ukrainienne a réveillé le peuple russe.

Pour preuve : cette année le ruban rayé orange et noir de Saint Georges  est porté par une très grande partie de la population.

Les femmes le portent sur leur poitrine, ou sur leur sac-à-main ; les hommes préfèrent décorer leur voiture...

Quelques photos, quelques voitures de Togliatti. (Je n'ai pas osé prendre les jolies russes enrubannées en photo, une autre fois peut-être)


Le ruban de Saint Georges










Jour de gloire !


Merci grand-père pour la grande gloire !

Merci grand-mère et grand-père pour la grande victoire !


Je me souviens ! J'en suis fier !





Navigateur Soviétique T 34




Et si j'accrochais un ruban bleu-blanc-rouge à mon rétroviseur en France... 
Serait-ce possible sans se faire traiter 
de nationaliste, 
de pétainiste,
de lepeniste,
de fasciste ?

Voilà la question !



4 commentaires:

  1. La victoire est célébrée le 8 mais en Europe de l'Ouest et la 9 mai en Russie parce que la Wehrmacht a capitulé le 8 mai à 23:01 heure de Berlin. A cet instant-là, il était 01:01 du matin le 9 à Moscou, du fait du décalage horaire.

    :-)

    Pierre Bacara

    RépondreSupprimer
  2. Désolé pour les coquilles, je ne m'étais pas relu...

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour, merci pour votre commentaire qui permet de corriger mon erreur. Le décalage horaire explique en effet la différence de date pour les célébrations du 8 et 9 mai, cependant je tiens à préciser qu'il y a eu quand même 2 signatures différentes. La première, le 7 mai à Reims, la seconde le 8 mai à Berlin.

    "C'est donc le 7 mai 1945, à 2 h 41, que la reddition de l'armée allemande est signée à Reims dans une salle du Collège technique et moderne (actuel lycée Roosevelt) abritant le Supreme Headquarters Allied Expeditionary Force, par le maréchal allemand Alfred Jodli, en présence des généraux américains Walter B. Smith et Eisenhower, du général français François Sevez et du général soviétique Sousloparov, les combats devant cesser le 8 mai à 23 h 1. L'acte signé est purement militaire.

    Ceci provoque la fureur de Staline qui veut que la capitulation de l'Allemagne soit signée dans sa capitale, à Berlin, où les soldats de l'Armée rouge règnent en maîtres. Les journalistes occidentaux répandent rapidement la nouvelle de la capitulation, précipitant ainsi les célébrations. Les combats continuent cependant sur le front de l'Est.

    L'exigence de Staline est honorée et une nouvelle signature a lieu le 8 mai, dans la nuit du 8 au 9 mai à 0 h 16 heure russe (23 h 16 heure de l'Ouest), dans une villa de Karlshorst, quartier général du maréchal Georgi Joukov dans la banlieue Est de Berlin (aujourd'hui le musée germano-russe Berlin-Karlshorst). Les représentants de l'URSS, de la Grande-Bretagne, de la France et des États-Unis arrivent peu avant minuit. Après que le maréchal Georgi Joukov eût ouvert la cérémonie, les représentants du Haut commandement allemand, dont le maréchal Wilhelm Keitel, sont invités à signer l'acte de capitulation entrant en vigueur à 23 h 1, heure locale (heure d'Europe centrale), soit le 9 mai à 1 h 1, heure de Moscou. C'est l'amiral Hans-Georg von Friedeburg et le maréchal Keitel qui signèrent l'acte de capitulation.

    La reddition a donc lieu le 9 mai 1945 pour les Soviétiques et les pays centre-orientaux alliés. De ce fait les Soviétiques, puis les Russes, et leurs alliés centre-orientaux, commémorent cette capitulation le 9 mai." (source Wikipedia)

    RépondreSupprimer
  4. Merci Grog pour ces précisions bien utiles. Pour ce qui est des marques extérieures de patriotisme en France, la dernière fois remonte à notre victoire à la Coupe du Monde de football. Nos valeurs sont-elles du niveau des scores d'une équipe de foot ?

    RépondreSupprimer