mardi 28 juillet 2015

LE BLOG DE GROG A UN AN (et six jours) !

Il y a un an, j’inaugurai ce blog avec CHOC VOITURES CRASH TOGLIATTI.


Depuis, j'ai publié plus de 140 billets : 40 000 pages ont été vues, soit une moyenne de 100 pages par jours.

Certains articles – souvent grâce à des commentaires postés sur le site LES CRISES lors de la crise ukrainienne -  ont été lus plus de 2000 fois comme LA SPIRALE INFERNALE




D’autres 40 fois seulement comme CORTO MALTESE ET LES FEMMES.


Résultat de recherche d'images pour "corto maltese femmes"


Grâce au blog, j’ai eu la chance d'avoir quelques brefs échanges avec le blogueur Olivier Berruyer, l'écrivain Roland Jaccard, ou la réalisatrice Chéyenne Carron.

Eloge de la française


Mais surtout, grâce au blog et via les commentaires, j’ai fait la connaissance de quelques lecteurs passionnés et passionnants. Parmi les plus réguliers, je nommerai

Man Port Vila, voileux infatigable qui a traversé plusieurs fois l'Atlantique et travaille avec Voiles Sans Frontières pour participer au développement de certains villages du Sine-Saloum au Sénégal.

EM, un fan de Togliatti - qui joue de la balalaïka et raconte des contes russes aux enfants français.

Ronald, esprit éclairé qui collabore à Boulevard Voltaire - amoureux des Lada Jigouli et de la Crimée.

Acia, une Russe qui a grandi chez les Nenets en Sibérie et qui est devenue chrétienne (protestante) en France où elle vit aujourd'hui ! Ses commentaires joyeux, précis, exigeants, me font toujours plaisir et m'empêchent de m'endormir dans de trop confortables certitudes.

Guillermo, esprit libre mexicain, qui cherchait à me contacter depuis un certain temps et qui m'a trouvé grâce au blog. Après avoir traduit certains de mes ouvrages en espagnol, il prépare maintenant leur édition au Mexique. J'espère bien que cette démarche aboutira.

Un grand merci à eux car sans commentaires un blog meurt rapidement !


Coucher de soleil sur la Volga, non loin de Togliatti.

Mon projet initial était de montrer la Russie sous un autre jour. Au-delà de l’image réductrice véhiculée par la majorité des médias français. Au-delà des clichés. Voir la vie réelle, quotidienne. Découvrir la culture splendide et la nature époustouflante.

Tout n’est pas rose en Russie. Les conditions de vie restent difficiles. Ma belle-mère n’a vu la mer pour la première fois de sa vie qu'à l’âge de 65 ans. Elle est retraitée, touche 6000 roubles par mois (100 euros) et est donc obligée de continuer à travailler pour pouvoir (sur)vivre. Comme des millions de retraités russes.

Tout n'est pas rose en Russie : les accidents de la route tuent 36000 personnes par an, l'alcoolisme fait des ravages, et le taux d'avortement de 50 pour 1000 est un des plus élevés au monde - effroyable legs du communisme avorteur qui n'a jamais fait grand cas de la vie humaine.

La vie est difficile et pourtant, il y a là-bas quelques chose qui frémit. Une énergie, un espoir, une force, une folie joyeuse que je ne trouve pas en Europe. Quelque chose est en train de naître, ou de renaître - à l'image de ces églises orthodoxes (mais aussi arméniennes, protestantes, catholiques) qui poussent sur le sol de la Sainte Russie.

Dans bien des domaines, la Russie est devenue pour moi un modèle qui me permet de juger et de condamner la France - cette France que j'aime tant et qui me déçoit tant.

Ma ligne éditoriale, vous vous en êtes sans doute rendu compte,  est simple et claire. En fidèle lecteur de Nicolas Gomes Davila, je suis un réactionnaire authentique. Et je ne m’en cache pas. Pour moi, la France est laïque, de tradition chrétienne (ou l'inverse).

De là découle mon refus de l’islamisation progressive de la France. Qui n’est ni fantasme, ni une peur, mais une réalité : il suffit de voir le nombre de femmes voilées dans les villages et villes de France et de Navarre pour s'en persuader, il suffit de savoir que des milliers de "fanatiques français" sont en Syrie pour lutter dans les rangs de l'Etat islamo-merdique au Levant pour s'en convaincre, il suffit de se rappeler que l’Apôtre de Cheyenne Carron  a été interdit de diffusion, il suffit de …. mais mille pages ne suffiraient pas pour décrire cette atmosphère putride de dhimmitude qui chaque jour gangrène davantage notre société. Il y a une place pour l'islam en France, bien-sûr, mais c'est une petite place : qu'on arrête de lui cirer les babouches !

De là découle mon refus de ce que j'appelle la culture de mort contemporaine : euthanasie, avortement, mariage homosexuel. Trois abominations que tout gentilhomme se doit de combattre.

LE BLOG DE GROG a un an donc. Je vais souffler sa première bougie et souffler un peu. Profiter du mois d'août pour me déconnecter. Encore une fois, merci à tous ceux qui l'on suivi. Je verrai à la rentrée si je reprends le GROG ou si je le laisse tomber. On verra, посмотрим, comme on dit en russe.

Et pour finir en musique, dans la lumière, la beauté et la joie, écoutons encore une fois песня про медведей de NATALIA VARLEY !



video



  Bonnes vacances !




lundi 27 juillet 2015

Comment dit-on JE T'AIME en russe ?

C'est pourtant facile, ça se dit :


Я (ya)






тебя (tibia)






люблю (loubliou)






я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблюя люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблюя люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблюя люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблюя люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблюя люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблюя люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблюя люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблюя люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблюя люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю oльга я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблюя люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблюя люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблюя люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблюя люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблюя люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблюя люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблюя люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблюя люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблюя люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблюя люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблюя люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблюя люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблюя люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблюя люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблюя люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблюя люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю oльга я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблюя люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблюя люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблюя люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблюя люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблюя люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблюя люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблюя люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю я люблю тебя я тебя люблю




samedi 25 juillet 2015

RADIO DATCHA : Victor Tsoï et la mer d'Aral


Après PAQUET DE CIGARETTES et KOUKOUCHKA, une troisième chanson de Victor Tsoï :

Кончится лето (l'été va finir)

J'aime beaucoup le clip avec Tsoï qui marche dans la mer d'Aral. Mais l'eau s'est retirée. Mais l'amour est parti. Mais l'été va finir !






Bonne écoute sur Radio Datcha !



jeudi 23 juillet 2015

Tolstoï à Togliatti !

Plongé dans LES COSAQUES (1863) de Tolstoï - récit en grande partie autobiographique qui raconte l'engagement militaire et le départ pour le Caucase d'Olenine, un jeune noble russe - j'ai eu l'agréable surprise de voir mentionné dans les premières pages la ville de Togliatti !

Togliatti ou plutôt STAVROPOL, son ancien nom.

Une note de mon édition de poche de 1967 précise, en bas de page, que Stavropol est "une ville forte au nord du Caucase, à mi-distance entre la mer Noire et la Caspienne, fondée par les Russes en 1777 comme avant-poste pour la conquête du Caucase".

La description au début du chapitre III n'est pas très flatteuse pour Togliatti mais enfin on y apprend que les habitants n'ont pas attendu l'Alliance française et le rachat de Lada par Renault pour se mettre à parler français !

Plus Olenine s'éloignait du centre de la Russie, et plus lui semblait loin tous ses souvenirs ; plus il approchait du Caucase, et plus son coeur était léger (...) Et un sentiment tout nouveau pour lui de libération de tout le passé l'envahissait parmi ces êtres grossiers qu'il rencontrait sur la route et en qui il ne voyait pas des gens sur le même pied que ses connaissances moscovites. Plus ces peuples étaient grossiers, moins il y rencontrait de signes de civilisation, et plus il se sentait libre.

Stavropol, qu'il lui fallait traverser, le peina. Des enseignes, même des enseignes en français, des dames en calèche, des fiacres stationnant sur la place, un boulevard et un monsieur en capote et en chapeau qui passait sur ce boulevard et regarda les voyageurs, tout cela lui fit mal.

"Peut-être que ces gens connaissent quelqu'un de mes amis", et de nouveau il pensa au club, au tailleur, aux cartes, au monde...

Par contre, après Stavropol, tout alla bien : c'était sauvage, et en outre beau et guerrier.


Léon Tolstoï, 1851
Tolstoï (à gauche) avec son frère Nicolaï en 1851.
Tolstoï a 23 ans lorsqu'il s'engage dans l'armée et part dans le Caucase combattre les Tchétchènes. 


dimanche 19 juillet 2015

Togliatti, pour toujours !

Depuis quelques semaines, je vis à Versailles.

Une belle ville, assurément, et pourtant Togliatti - la perle de la Volga, le Versailles russe - écrase l'ancienne capitale des Rois de France par sa beauté monstrueuse.

Mais peut-être que l'amour pour ma belle et native dyevouchka m'a rendu complètement aveugle !


V'Tolyatti na fsiegda /à Togliatti pour toujours ! Tag sur une palissade non loin de "Pyramide"







vendredi 17 juillet 2015

Chronique de la dhimmitude

France 2 - chaîne de télévision publique et laïque - organisait hier une soirée spéciale  NUIT DU RAMADAN.

Était invitée pour l'occasion une "islamo-racaille" (comme elle se dénomme elle-même dans sa chanson Don't Laïk)  nommée Medine.


Merdine, un havrais pacifique


Entre les avorteurs et les égorgeurs, les temps sont rudes !


mercredi 15 juillet 2015

L'avortement, un business très rentable



Je reprends aujourd'hui un article publié par Yves Daoudal sur son blog. C'est tout simplement effrayant.




 Life Site vient de diffuser une vidéo où l’on voit une directrice du Planning familial discuter tranquillement de la façon dont on doit découper les fœtus dans le ventre de leurs mères pour pouvoir avoir des morceaux en bon état afin qu’ils soient vendables. Le morceau se vend entre 30 et 100$. C’est le foie qui est le plus demandé, bien que « beaucoup veuillent des cœurs intacts en ce moment ». Elle reçoit des demandes pour des poumons, et aussi pour des « extrémités inférieures », et elle ne sait pas trop pourquoi, sans doute « pour les tissus musculaires ».
Le seul problème est qu’il faut le faire de façon à qu’on ne dise pas « la clinique vend des tissus et se fait de l’argent avec cela ».
Elle pratique elle-même des avortements à Los Angeles jusqu’à la 24e semaine. Elle explique qu’elle tient une petite réunion chaque matin pour déterminer quelles parties du corps sont demandées (les clients remplissent un formulaire) et quelles sont les « patientes » qui ce jour-là auront des bébés sur lesquels on pourra faire les prélèvements. Ainsi les avorteurs pourront adapter leurs gestes de façon à ne pas endommager les organes à vendre ce jour-là. « Pour cette raison, la plupart des fournisseurs – sic – se font guider par échographie, afin de déterminer où ils vont mettre les forceps. Ils se disent : “Je ne vais pas écraser cette partie, je vais écraser en dessous, et au-dessus, et je vais voir si je peux avoir ça intact.” Certains changent la façon dont le fœtus se présente, de sorte qu’il ne vienne pas par la tête, parce que vous ne pouvez pas obtenir la dilatation suffisante. Si vous le faites à partir de la présentation par le siège, par les jambes, alors vous pouvez finir par avoir le crâne intact. »
La loi fédérale américaine interdit l’avortement par démembrement depuis George Bush, et la vente d’organes. Mais, dit Deborah Nucatola, « les lois sont sujettes à interprétation. Si je vous dis d’emblée que je n’ai pas l’intention de faire cela, ce qui arrive après n’a pas d’importance. »
Il faut regarder cette vidéo, car on y voit Deborah Nucatola raconter cela comme elle raconterait ses vacances, sans l’ombre d’une hésitation, sans la moindre pudeur, entre une fourchetée de salade et une gorgée de vin… Il me semble que n’importe qui de normal ne peut que se demander comment c’est possible. Comment l’être humain peut en arriver à ce degré d’inconscience dans le mal.
J’aimerais que ce soit un canular. Mais ce n’est pas le genre de Life Site.

jeudi 9 juillet 2015

GROG : portrait d'un monstre

Il y a une dizaine de jours ma sœur Emilie, qui habite Paris, m’a gentiment invité à passer le week-end chez elle avec mon beau-frère et mes petites nièces. Lisa aussi était là, une amie américaine de ma sœur, que j’avais déjà rencontrée (avec son boy friend) il y a trois ans, avant mon départ pour la Russie.

Son père est le "vieux" qui joue dans la saison 1 et 2 de cette série terrific qu’est Walking Dead ! 



Faire la bise à Lisa, c’est presque serrer la main à Rick, le redoutable tueur de zombies.

Rick, le beau gosse qui descend les walkers à coups de Magnum 357.

Avec Lisa, nous avons un peu le même profil et nous nous entendons bien. Je suis prof de français, elle est prof d’anglais. J’ai enseigné en Martinique, en Bosnie, en Russie ; elle a enseigné en Equateur, au Nigéria et en Pologne. Nous n’avons ni voiture (j’ai vendu pour 500 euros ma part de LADA 99 avant l’été), ni maison, ni actions et - à 35 ans passés - nous faisons tous deux partie de la fragile race improductive des rêveurs, voyageurs, glandeurs, lecteurs, squatteurs.

Alors que nous passons à table après un  apéritif arrosé (Laurent, mon beau-frère est un gars fantastique qui a dans sa cave du Lagavulin tourbé à souhait et de l’exquis whisky japonais 18 ans d’âge), ma sœur me demande comment je trouve Paris.

Je réponds qu’après deux mois dans un petit village tout calme de l’Isère, et douze mois sans interruption à Togliatti,  ville rugueuse et ouvrière, Paris est un choc. Tout est bruit, vitesse, agitation, sophistication. Look incroyable des gens : habits variés, recherchés, maquillages, coiffures chiadées, gadgets électroniques plein les mains.
"C’est simple, je me sens comme un extraterrestre de province, perdu dans la Capitale."

J’ajoute, en finissant mon troisième verre de whisky :
"Avec la Gay Pride aujourd’hui dans les rues de Paris,  et les nombreux couples homosexuels qui s’affichent partout joyeusement dans le métro, non seulement je me sens comme un provincial dépassé mais aussi comme un hétéro périmé."
Sur ces bonnes paroles, nous attaquons un melon au jambon de Parme.

C’est alors que, me tournant vers Lisa et croyant naïvement lancer un débat animé, je lui dis :
«  Les Etats-Unis m’ont beaucoup déçu, et les Pères fondateurs doivent se retourner dans leur tombe ! Pourquoi le Cour Suprême a-t-elle voté l’autorisation du mariage pour tous ? Que s’est-il passé ? Obama est-il devenu fou ? La devise des Etats-Unis, ce n’est donc plus IN GOD WE TRUST, mais IN GODmiché WE TRUST !?!»

Grand silence à table.

Lisa me regarde immobile, le visage figé.

Ma sœur très doucement intervient

« Mais Greg, tu ne sais pas que Lisa est homosexuelle ? »

Oups

Euh

Ah

 (Eh non, je ne savais pas. J’en étais resté à John, son boy-friend d’il y a trois ans.)
(La fille aux cheveux courts avec qui elle avait parlé une heure sur Skype, c’était donc sa petite copine)
(Terrible impression d’être tombé dans des sables mouvants : toute parole risquant de m’enfoncer davantage.)

J’ai bafouillé quelques excuses particulièrement pâteuses et spongieuses, et nous avons tous fait semblant de changer de sujet. Je parle donc des paysages de Russie, des monts Jigouli et de la Volga – sujet consensuel s’il en est – mais les paroles semblent sortir de ma bouche au ralenti, comme lestées par des blocs de glace terreuse, et je constate qu’à ma droite Lisa se tasse sur elle-même, se replie, se referme, se recroqueville, s’affaisse, et se met pour de bon à trembler, flageoler, ondoyer, et des larmes et des pleurs déforment et mouillent son visage aux yeux rougis.

La preuve est faite : je suis un monstre. Moi, le réactionnaire authentique dont les propos monstrueux font pleurer les lesbiennes d’Amérique, le disciple de Nicolas Gomes Davila,  un monstre, un vrai.

Lisa inspire profondément, se redresse, essuie ses larmes, avale un sanglot, se recompose un visage et brusquement se tourne vers moi :

Grégoire, je suis choquée par ce que tu dis. Choquée. Pour moi aujourd’hui est une journée particulièrement importante. Le président Obama a dit que c’était un progrès, et c’est ce que je ressens au plus profond de moi. Et je ne comprends pas que tu puisses dire ce que tu viens de dire. Tu parles des Pères fondateurs, mais ils se sont battus pour notre Liberté, et cette mesure est une splendide mesure de Liberté. Tu ne le crois pas ?

J’ai une tante qui s’appelle Ann. Depuis sa jeunesse elle a été attirée par les filles. Mais elle avait honte car elle pensait que c’était mal. Elle a essayé de sortir avec des garçons : elle n’était jamais heureuse. Elle est allée se confesser à des prêtres qui lui ont dit de prier et de prier. Elle a prié mais elle était toujours malheureuse. Elle est allée voir des psychologues, des psychiatres, des psychanalystes, pour essayer de guérir de ce qu’elle croyait être une maladie. Elle a subit des analyses, des traitements chimiques. Elle était toujours malheureuse. Je me souviens, j’étais petite et tante Ann venait souvent dîner chez nous, elle était toujours triste, toujours tendue, habillée de noir, silencieuse et parfois agressive. Elle me faisait pitié et bien-sûr à l’époque j’ignorais tout de l’origine de son malheur. Mes parents ne disaient rien.

Quelques années plus tard, après mes études, quand je suis revenue d’Equateur, j’ai revu tante Ann à la maison. Ça faisait bien cinq ans que je ne l’avais pas vue. Elle souriait. Elle resplendissait. Ses habits étaient colorés. Elle a fait son coming out. Elle nous a tout expliqué : ses vains efforts pour ne pas être ce qu’elle était pourtant, cette lutte stupide contre la réalité de son être... Mais depuis qu’elle assumait son identité réelle, elle avait trouvé le bonheur, et elle avait trouvé l’amour avec une autre femme qu’elle comptait nous présenter bientôt.

Alors oui, Grégoire, je suis choquée par tes propos car oui, nous sommes différents, mais nous aussi nous avons le droit d’être heureux. Tu ne le crois pas ?

J’avais une amie lesbienne au Texas, elle s’appelait Sarah. Sa compagne, Cindy, avait été hospitalisée. Elles vivaient ensemble depuis 10 ans. Elle n’a pas pu lui rendre visite à l’hôpital, elle n’a pas pu être là quand Cindy est morte car la Sécurité lui barrait le chemin. Elle n’était pas de la famille. Elle n’avait aucune existence légale. 10 ans de vie commune, et elle n’a même pas pu lui tenir la main. Alors tu penses encore que ce n’est pas un progrès ce mariage ?

Pour nous autres gays et lesbiennes grâce à ce mariage, la vie va être plus facile, plus simple, plus humaine. Alors, oui, Grégoire, je suis choquée que tu nommes mal ce qui est un bien.

Lisa avait dit ce qu’elle avait à dire. Très émue, elle n’était manifestement pas en état de soutenir une discussion. J’ai donc acquiescé, pris acte, et fait profil bas pour que le repas –perturbé par mon indélicatesse - puisse reprendre son cours.

Je n’ai rien contre les homosexuels en tant que personnes. J’ai plusieurs amis qui sont « de l’autre bord » pour reprendre les propos de ma grand-mère.

Je trouve normal qu’une certaine existence légale soit accordée aux couples homosexuels (comme le PACS) afin d’éviter qu’une Sarah ne puisse être au chevet de sa Cindy.

Mais le « mariage pour tous », non.

Le mariage homosexuel est au mariage ce que la tomate génétiquement modifiée est à la tomate,  la vache folle à la vache, la tremblante du mouton au mouton : possible - monstrueux - dangereux.

Et qu’est-ce que la douleur de l’homosexuel privé de mariage à côté de la douleur d’un enfant obligé de grandir avec un papa 1 et un papa 2,une maman 1 et une maman 2.

Je n’ai rien répondu à Lisa, mais j’avais envie de me lever de table, d’aller réveiller Manon, ma petite nièce de trois ans, de la sortir de sa chambre et de son lit, de l’extirper de son paisible sommeil,  de la montrer à Lisa et de dire :

Regarde, regarde cette enfant, n’est-elle pas heureuse ainsi ? N’est-elle pas heureuse avec ses parents ? Pourquoi veux-tu l’arracher des bras de son père et de sa mère ? Comment oses-tu souhaiter cette abomination ? Comment peux-tu vouloir qu’elle ait  quatre joues barbues à embrasser ou quatre seins à téter ? 


samedi 4 juillet 2015

MASHA, CACHA i BASTA !


La CACHA ( каша ) est à la Russie, ce qu'est la baguette à la France : une évidence, un délice, une nécessité, un péché gourmand.

Quant à l'espiègle petite MASHA, elle ne rate pas une occasion pour rire, s'amuser, faire des bêtises et casser les pieds de l'ours Medvied.

Voilà donc Маша и Медведь une série extrêmement populaire en Russie - et dans le monde entier si j'en juge par le nombre de visionnages sur youtube, 673 000 000 et quelques.

Presque tous les épisodes sont disponibles en français sous le nom de Masha et Mishka.







ça change de Walt Disney !!!


mercredi 1 juillet 2015

S'il y a de la poudre, donne-moi du feu

Depuis quelques jours, j'écoute en boucle KUKUCHKA.

Cette chanson de Victor Tsoï, le Mozart du rock russe, me déchire tendrement l'âme.

Loin de la Russie, loin de ma princesse et de ma fille, je suis - malgré le soleil qui brille haut dans le ciel - d'humeur mélancolique.

Хорошо с тобой, да плохо без тебя





Bonne écoute sur RADIO DATCHA