mardi 27 octobre 2015

Ferhad PIRBAL, poète kurde de l'exil

En fouillant dans les armoires de la bibliothèque de l'Institut français d'Erbil, je suis tombé par hasard sur un petit recueil de poésie publié en 2008. Une trentaine de feuillets A4 modestement agrafés. L'oeuvre, traduite en français, d'un certain Ferhad PIRBAL.

Certains poèmes m'ont touché.

Quelques extraits...

A

Paris
quel-
que fois
je   monte
au    sommet
de     la     Tour
E    i     f     f     e     l
de   là,   tous   les   lieux
m'  a  p  p  a  r  a  i  s  s  e  n  t
sauf                                   Erbil


*


Une très longue poésie pour ma mère



























Tu me manques...




*



Ma vie en quelques lignes




Un ballon
Quelques filles
Quelques routes
Quelques mots...



*



NOM



Gjarina
Gîrajna
Garjania
Gayrajana
Garanija
Graynaja


Que ton nom est difficile, Granîja !




*



M




Kafka dit : tout est noir.
James Joyce dit : tout est gris.
Modigliani dit : tout est long cou mince.
Strindberg dit : tout est conflit perpétuel entre l'homme et la femme.
Darwin dit : tout est gloire aux vainqueurs.
Lawrence dit : tout est sexe.
Einstein dit : tout est relatif.
Marx dit : tout est argent.
Gorki dit : tout est lutte de la classe ouvrière.
Breton dit : tout est rêve.
Aragon dit : tout est Elsa.
Hedâyat dit : tout est fantaisie.
Monet dit : tout est coton.

Et moi je dis : tout est malheur de ne pouvoir étreindre la beauté.




*


A Bernard Kouchner


Si tu vois une maison dont le jardin est mal entretenu,
Cela veut dire que la relation entre la femme et l'homme n'est pas bonne.

Si tu vois une rue sale
Cela veut dire que la relation entre le peuple et l'Etat n'est pas bonne.

Si tu vois un trottoir tâché de sang
Cela veut dire que toute l'humanité veut s’entre-tuer. 




Il faut toujours être un peu ivre pour apprécier la poésie.
Rien de tel pour cela qu'une bonne FARIDA de Bagdad !


Le "blues" des chauffeurs de taxis kurdes

A Erbil, une bonne partie des chauffeurs de taxis sont aussi peshmergas.

Une semaine dans le taxi à transporter des clients, une semaine sur le front à lutter contre DAECH.

Hier, les trois chauffeurs avec qui j'ai parlé n'avaient qu'un mot à la bouche : "Mochkila" - ce qui veut dire "malheur" ou "problème".

Ils m'expliquaient qu'ils venaient seulement de toucher - hier 26 octobre -  avec trois mois de retard leur salaire de peshmerga  de juillet.

Août, septembre et octobre n'ont donc toujours pas été versés et pourtant...

... des centaines de milliers de barils de pétrole sont produits et vendus chaque jour,

... et pourtant des Hummer, des Dodge, des Jaguar, des Bmw et autres Mercedes sillonnent les routes du Kurdistan.

L'un de ces peshmergas m'a dit : "Barzani and Talamani (les deux chefs des deux clans qui se partagent le pouvoir au Kurdistan d'Irak) they have a lot of money. But if you criticize them, you die. You must shout your mouth. But how can we live without money, tell me ?"

Que pouvais-je répondre ? Rien.

Et nous écoutions, sur les routes d'Erbil, Aram Shaida qui chantait "My i phone to galaxy"




A mon avis, l'indépendance du Kurdistan d'Irak, ce n'est ni pour demain, ni pour après-demain. Peut-être dans une prochaine galaxie...

Question de Vladimir Poutine pour Hollande, Fabius et Obama

Les terroristes modérés 
décapitent-ils 
de façon modérée ?


lundi 26 octobre 2015

Bagdad autorise les frappes russes en Irak !

Je reprends aujourd'hui un article de SPUTNKIK qui nous apprend que l'Irak se détourne des Américains (qui n'ont rien apporté dans la région sinon le chaos, chaos savamment entretenu par le financement d'Al Nosra / Al Quaïda en Syrie - avec la complicité honteuse de la France) au profit de la Russie. 
Ce renversement d'alliances est une nouvelle de première importance.
US GO HOME !
Cherchant à échapper aux frappes aériennes russes, les terroristes de Daech s’enfuient en masse de la Syrie vers l’Irak. Dans ce contexte, Bagdad a autorisé Moscou à les frapper sur le territoire irakien.
Les djihadistes de l’Etat islamique (Daech) ont beau chercher refuge en Irak, le parlement irakien a donné son feu vert à l’aviation russe pour les frapper en Irak, a annoncé dimanche Hakem al-Zameli, président de la commission de la sécurité nationale et de la défense du parlement, cité par l’agence iranienne Fars.
« L’Irak s’est mis d’accord avec la Russie, qui dirige le centre d’information conjoint de Bagdad, pour qu’elle frappe les combattants de Daech fuyant de la Syrie vers l’Irak », a déclaré M. al-Zameli. Il a ajouté que ces frappes permettraient également de couper les voies utilisées pour approvisionner les terroristes syriens depuis l’Irak.
Le général Igor Konachenkov, porte-parole du ministère russe de la Défense
Dans un communiqué des autorités irakiennes publié vendredi, Hakem al-Zameli a indiqué que le centre d’information conjoint à Bagdad « en était encore à sa phase initiale », mais qu’il fournissait néanmoins des renseignements très importants. Ce centre a été mis en place par la coalition quadripartite réunissant la Russie, la Syrie, l’Irak et l’Iran.
Selon le parlementaire irakien, Damas a également apporté des informations très précieuses sur les positions de l’Etat islamique.
Depuis le début de son opération en Syrie, l’aviation russe a effectué près de 1.000 raids sur les positions de l’Etat islamique, détruisant des postes de commandement, des centres de transmissions, des abris souterrains et des dépôts de munitions utilisés par les terroristes.

dimanche 25 octobre 2015

SAMOUN, le délice kurde !

Vous pensiez que rien ne vaut une baguette chaude ? Et bien, vous vous trompez !

Venez faire un tour au Kurdistan, venez déguster un samoun brûlant, ce petit pain blanc en forme de losange que l'on mange tel quel, ou que l'on garnit pour le kebab.



Lorsqu'il sort du four tout fondant et tout fumant, qu'il est difficile de lui arracher une pince et de l'avaler goulûment sans se brûler les doigts ni le palais.

Kak Neidjmadi - maître boulanger du coin de ma rue - m'a très gentiment permis de prendre quelques photos dans sa boutique.

Kak Neidjmani, le maître du SAMOUN


Le four 

Le jeune mitron se prépare










Un petit film pour mieux comprendre le procédé 
(Le jeune mitron - vous le verrez - a l'air un peu perturbé par ma présence!)


video


 


Le SAMOUN, quel délice !!!


samedi 24 octobre 2015

POUTINE, le successeur de SAINT LOUIS, par Philippe de Villiers


La raison principale pour laquelle Poutine a décidé d'aller en Syrie, je la sais moi, personne n'en parle, c'est pour protéger les chrétiens. Il m'a dit : "J'ai pris le relais de Saint Louis". 

Parce que Saint Louis avait fait une promesse aux chrétiens du Levant. 

"La France ne vous abandonnera jamais. Parce que vous êtes les premiers chrétiens. Nous sommes les chrétiens du Couchant. Vous êtes les chrétiens du Levant." 

Cette promesse, elle a été tenue longtemps, longtemps, jusqu'à Mitterrand, exclusivement, et on a abandonné les chrétiens du Liban, on a abandonné les chrétiens du Levant. 

Et aujourd'hui Poutine remplit cette mission, il défend les chrétiens - orthodoxes il est vrai - de la Syrie.




Résultat de recherche d'images pour "de villiers tv libertés 22 octobre 2015"



jeudi 22 octobre 2015

LE BON, LA BRUTE, et le TRUAND

Non, non, il ne s'agit pas de POUTINE, NETANYAHOU et OBAMA mais tout simplement de mon copain Andreï accompagné de deux authentiques rouski tcheliaveki !


Andreï à droite avec son bonnet aux couleurs de  la Russie

Tous les dimanches, à 7 heures du matin, qu'il neige, qu'il gèle, qu'il grêle ou qu'il vente, Andreï va faire une petite course torse-nu dans les bois suivie d'un bain dans la Volga.

Si vous êtes de passage à Togliatti, Andreï se fera une joie de vous faire découvrir la région ! Demandez-moi et je vous mets en contact.

A Tolgiatti, il y a de la neige depuis plus de trois semaines déjà, mais ici à Erbil, au Kurdistan d'Irak, il fait encore 30°C dans la journée : déguster un bon bortsch au coin du feu me manque terriblement ! 


Résultat de recherche d'images pour "le bon la brute et le truand"


dimanche 18 octobre 2015

De la vraie liberté

Nous autres chrétiens, vrais chrétiens, "nous ne sommes pas de ce monde" (Jean 15, 19) c'est pourquoi nos positions sur la famille, la naissance, le mariage et la mort, paraissent incompréhensibles aux non-croyants.
Notre souci en effet n'est pas le bonheur de l'homme mais le salut de son âme.
C'est bien pour cette raison que je ne peux qu'approuver les propos chocs tenus vendredi dernier par le docteur roumain Anca-Maria Cernea lors du synode sur la famille.
Le mal dans ce monde vient du péché. Et non de la disparité des revenus ou du changement climatique.
La solution est celle-ci : l'évangélisation. La conversion.
Et non pas un contrôle gouvernemental sans cesse grandissant. Ni un gouvernement mondial. Ce sont eux, aujourd'hui, les agents principaux du marxisme culturel ; ce sont eux qui l'imposent à nos nations, sous la forme du contrôle de la population, de la santé reproductive, des droits gay, de l'éducation aux questions de genre, etc.
Ce dont le monde a besoin aujourd'hui, ce n'est pas d'une limitation de la liberté, mais de la vraie liberté, la libération du péché. La rédemption.

vendredi 16 octobre 2015

Le Kurdistan, c'est beau !

Petite balade au lac DUKAN, à environ 2 heures de route d'Erbil et 1 heure de Slemani.











Par delà l'actualité souvent douloureuse, le Kurdistan c'est aussi une nature à couper le souffle !



ZOR SPASS  (merci beaucoup) aux nombreux kurdes qui m'ont pris en stop ce week-end, m'offrant à chaque fois dans leur voiture : cigarettes, boissons et petits pains !



mardi 13 octobre 2015

La famille contre le démon

Un texte clair et puissant du numéro 4 de l'Eglise catholique, Monseigneur SARAH, prononcé récemment lors du Synode sur la famille.

 web-cardinal-sarah-antoine-mekary.jpg

Un discernement théologique nous permet de voir à notre époque deux menaces inattendues (presque comme deux « bêtes de l’apocalypse ») situées sur des pôles opposés : d’une part, l’idolâtrie de la liberté occidentale ; de l’autre, le fondamentalisme islamique : laïcisme athée contre fanatisme religieux. Pour utiliser un slogan, nous nous trouvons entre « l’idéologie du genre et ISIS ». (...)
 De ces deux radicalisations se lèvent les deux grandes menaces contre la famille : sa désintégration subjectiviste dans l’Occident sécularisé, par le divorce rapide et facile, l’avortement, les unions homosexuelles, l’euthanasie, etc. (cf. la gender theory, les Femen, le lobby LGBT, le Planning familial…). D’autre part, la pseudo-famille de l’islam idéologisé qui légitime la polygamie, l’asservissement des femmes, l’esclavage sexuel, le mariage des enfants, etc. (cf. al-Qaida, Isis, Boko Haram…).
Plusieurs indices nous permettent de percevoir la même origine démoniaque de ces deux mouvements. Contrairement à l’Esprit de Vérité qui favorise la communion dans la distinction (périchorèse), ils encouragent la confusion (homo-gamie) ou la subordination (poly-gamie). En outre, ils postulent une loi universelle et totalitaire et (...) et sont ouvertement christianophobes.
« Nous ne nous battons pas contre des créatures de chair et de sang… » Nous devons être inclusifs et accueillants à tout ce qui est humain ; mais ce qui vient de l’Ennemi ne peut pas et ne doit pas être assimilé. On ne peut pas unir le Christ et Belial ! Ce que le nazisme et le communisme étaient au XXe siècle, l’homosexualité occidentale et les idéologies abortives et le fanatisme islamique le sont aujourd’hui.
Face à ces deux défis mortels et sans précédent (homo-gamie et poly-gamie), l’Eglise doit promouvoir une véritable « épiphanie de la famille ».
(source Yves Daoudal)



dimanche 11 octobre 2015

Troubles au Kurdistan d'Irak

Ces dernières 48 heures, il y avait beaucoup d'hommes en armes dans les rues d'Erbil, et je ne savais pas pourquoi.

Des unités à chaque carrefour, des auto-mitrailleuses, des voitures de police avec gyrophares, surtout dans le quartier central, près du Parlement et de la Citadelle. 

Ce matin une amie kurde m'a demandé si j'étais au courant pour les manifestations.

"Les manifestations d'Ankara ? ai-je demandé.

 - Non, non, m'a-t'elle répondu, les manifestations de Souleimaniyeh et de Qala Diza. 

Il y a eu quatre morts et des dizaines de blessés.

Des bâtiments ont été brûlés, des coups de feu tirés.

Les fonctionnaires et les peshmergas manifestent car ils n'ont pas été payés depuis plus de trois mois.

Ils accusent le président Barzani et son parti, le PDK, de garder le pouvoir, de garder l'argent du pétrole et de ne rien faire pour le pays.

Donc, si tu vois une manifestation, tiens-toi à l'écart."

Coup d'état au Kurdistan ?

2 poids, 2 mesures.

Les Etats-Unis et la France hurlent au scandale anticonstitutionnel lorsque les habitants de Crimée organisent un référendum pour quitter l'Ukraine.

Les Etats-Unis et la France restent étrangement silencieux lorsque le président du Kurdistan, Massoud BARZANI, chef du PDK, décide en août 2015 de garder son fauteuil présidentiel alors que la Constitution kurde le lui interdit.


media

vendredi 9 octobre 2015

DEPARDIEU : "Je préfère être russe"

«Les États-Unis, c'est un peuple qui a sans arrêt détruit l'autre. Ils se sont battus entre eux, après ils ont détruit les Indiens, ils ont fait l'esclavage, ensuite la guerre de Sécession. 

Ce sont eux les premiers qui ont utilisé la bombe atomique. Partout où ils passent ils font des foyers de merde. 

Non! Je préfère être russe. Et si les Européens arrêtent d'écouter ces Américains et bien je serais très heureux»
DEPARDIEU, propos tenus à Moscou
Le Figaro.Fr Culture 08/10/2015

Hier soir un diplomate français en poste en Irak - qui avait l'air complètement abasourdi et dépassé par l'intervention russe en Syrie - m'expliquait que les bombardements russes étaient d'une brutalité monstrueuse. Il a ajouté, à propos des récentes interventions des Rafales : "Les règles d'engagement de la France sont très strictes et empêchent de commettre des bavures et de toucher des populations civiles".

Et ce n'est pas une bavure peut-être d'avoir livré des armes à Al-Nosra pour massacrer les chrétiens d'Orient ?


Gérard Depardieu, toujours aussi fier de son passeport russe, soutient la politique anti-américaine de Poutine.
"Je préfère être russe !"


BHL vu par DEPARDIEU

BHL, c'est une Mobylette intellectuelle qui clinque. On n'a pas envie de suivre une Mobylette. 

Il fait partie de ces gens qui animent les «Fermes des célébrités». C'est le chevalier blanc. Il donne des leçons et punit les gens. C'est une écharpe blanche comme le duc de Guise dans Cyrano. Ça manque de couilles, de panache là-dedans. 

C'est un beau «tuning», vous voyez, ces voitures de riche qu'on a «tunées» à mort. Je les regarde passer mais j'ai pas envie de monter dedans. 

Un jour, je lui ai dit «merde», ça te dit quelque chose, ça, merde?
interview pour le Figaro.Fr Culture, 23/03/2011

Je suis tombé par hasard sur ces propos savoureux du plus grand gaulois de tous les temps.

A propos de la mobylette, elle était de passage à ERBIL il y a quelques semaines pour dire qu'il fallait armer de façon conséquente les Peshmergas. 

Sur ce point, je suis d'accord avec elle. Je crois d'ailleurs que c'est le seul point que je partage avec ce 40 cm3. 

Sur Bachar el-Assad, sur la Syrie, sur la Libye, sur la crise des migrants, sur le mariage homosexuel, sur l'Ukraine, sur Poutine, nul accord.

Le fait que Depardieu-Obélix soit en Russie, dit bien que le cœur de la France, de la vraie France, est russe !


Résultat de recherche d'images pour "depardieu obelix"



mardi 6 octobre 2015

ERBIL, FAST and FURIOUS

J'aime bien les voitures de police à Erbil, on les croirait sorties d'un jeu vidéo ou d'un film !








Pour l'instant je n'ai vu aucune LADA, mais un grand nombre de Hummer, de Dodge, de Porsche et autres pétro-cars.

dimanche 4 octobre 2015

En Syrie, les "rebelles modérés" n'existent pas !

Propos chocs de Monseigneur Jacques Behnan Hindo, archévêque syro-catholique de Hassaské-Nisibi. 
Le Sénateur américain John McCain a protesté en déclarant que les russes ne bombardent pas les positions de l’Etat islamique mais les rebelles anti-Assad entraînés par la CIA. Je trouve ces propos inquiétants. Ils représentent une admission sans pudeur du fait que, derrière la guerre à Assad, se trouve également la CIA et qu’il s’agit d’un conflit dirigé depuis l’étranger par des cercles de pouvoir éloignés de la Syrie et par leurs alliés dans la région proche orientale.
La propagande occidentale continue à parler de rebelles modérés, qui n’existent pas. Dans la galaxie des groupes armés, les membres de l’Armée syrienne libre se trouvent seulement à la loupe. Tous les autres groupes, à part l’Etat islamique, ont conflué ou ont été phagocytés de facto par le front al-Nousra, qui est le bras militaire d’al-Qaida en Syrie.
Il y a quelque chose de véritablement inquiétant dans tout cela : une superpuissance qui, 14 ans après le 11 septembre, proteste parce que les Russes frappent les milices d’al-Qaida en Syrie. Qu’est-ce que cela veut dire ? Que maintenant, al-Qaida est un allié des Etats-Unis, seulement parce qu’en Syrie il porte un autre nom ? Méprisent-ils vraiment autant notre intelligence et notre mémoire ?
 Ce serons nous, Syriens, à décider si et quand Assad devra s’en aller et non pas l’Etat islamique ou l’Occident. Et il est certain que, si Assad part maintenant, la Syrie deviendra comme la Libye.
(source FIDES - via Yves Daoudal)

vendredi 2 octobre 2015

De la présence de Dieu en terre d’Islam

Lorsque j’habitais en Martinique, le dimanche vers six heures du matin, je quittais mon morne par de petits sentiers, à main gauche les verts Pitons du Carbet,  à main droite « l’azur phosphorescent de la mer des Tropiques. »

Après quarante minutes de marche, j’arrivais à l’église de Schœlcher, blanche aux volets marron, au bord de la mer bleue des Caraïbes.

Pour avoir une chance d’être assis, il fallait y être tôt, au moins quinze minutes avant le début de l’office qui commençait à sept heures. L’église était rapidement pleine. J’ai aimé cette foi forte des Antilles.

Je me souviens du prêtre.

Ses sermons n’étaient pas de ces discours où l’on s’endort. Car il posait des questions aux fidèles et ce n’étaient pas des questions rhétoriques. Non, non, c’étaient de vraies questions et il fallait répondre, prendre le micro qu’il vous tendait et bafouiller quelque chose de plausible, sous peine de passer pour un mauvais paroissien.


 Vous l’avez pris, j’en suis sûr en quittant votre maison, non ?

Et le pauvre chrétien ne sachant que répondre baissait les yeux, alors le prêtre continuait.

 -      Vous l’avez pris votre trousseau de clefs, non ?
  -       Oui.
   -      Et votre porte-monnaie aussi je suppose, avec de l’argent… pour la quête ! ? (il y avait toujours un peu d’humour dans son sermon)
-         Oui, bien sûr.
-         Et avec aussi peut-être les photos de vos enfants ou de votre femme ?
-         Oui, en effet aussi.
-         Et vous avez pris aussi votre téléphone portable… que vous avez bien sûr éteint avant d’entrer à l’église ? (même remarque)
-         Euh oui, j’ai mon téléphone.

-         Vous avez pris vos clefs, vos photos chéries, votre argent, mais l’avez-vous pris lui ? L’avez-vous pris avec vous ?
-        
-         Vous ne voyez pas de quoi je parle ? ou plutôt de qui je parle ?
-        
-         L’avez-vous pris avec vous, lui, votre chapelet ?

Silence dans l’assemblée.

-         Car voyez-vous votre chapelet c’est comme une clef mais une clef qui ouvre le cœur.

C’est comme l’argent, mais un argent spirituel qui permet d’acheter le salut de l’âme.

Un chapelet, c’est comme une photo de vos enfants, de vos parents, de votre époux ou de votre épouse, c’est comme une photo de l’être que vous aimez le plus au monde et qui vous aime le plus au monde.

Un chapelet, c’est un numéro de téléphone, et ce n’est pas n’importe quel numéro,  c’est la ligne direct pour contacter Dieu. C’est le numéro vert pour pouvoir, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, appeler le Christ notre Seigneur, le Christ notre Sauveur !

« Demandez et l’on vous répondra » c’est écrit, « Demandez et l’on vous répondra. »

Et dites-moi, comment peut-on demander ? comment peut-on prier ? si l’on n’a pas de chapelet ? Et un chrétien qui ne prie pas, est-il encore chrétien ?

J’avais bien aimé ce sermon mais de là à acheter un chapelet, cet accessoire pour vieilles filles bigotes…

Le rapport entre la Martinique et l’Islam ?

Ici à Erbil, au Kurdistan d’Irak, ils sont nombreux les hommes de 18 à 81 ans qui marchent d’un pas nonchalant dans la rue -  un chapelet à la main.

Ce petit détail m’impressionne.

Un chauffeur de taxi m’en a même offert un, pour me faire plaisir, par pure gentillesse. Depuis, j'aime le faire glisser, ce chapelet, entre mes doigts et j'aime entendre la petite mélodie des billes de bois ou d'ambre ou de résine - je ne sais trop - qui s'entrechoquent délicatement, semblables à des gouttes d'eau du Paradis tombant sur Terre.

Dans l’Occident laïc, nous courons avec des i-phones toujours connectés au néant des « buzz » d’internet et des « like » de facebook.

Ici, le mahométan pacifiste égraine sans étonnement - et tout en parlant avec ses amis - les quatre-vingt-dix-neuf noms de Dieu.


Résultat de recherche d'images pour "chapelet homme musulman"