mardi 5 juillet 2016

Istanbul, le jour d'après

La pluie tombe doucement sur la piste d’Atatürk d’où les avions décollent toutes les deux minutes. Comme avant. En prenant leur élan laborieux sur la piste trempée,  ils soulèvent une vague, un sillage, une éclaboussure blanche qui les rend semblables à des cygnes alourdis peinant à s’arracher à l’onde. Comme avant, sous les fenêtres de l'aéroport, les bus de passagers, les trains de bagages, les gyrophares, les camions citernes, les voitures de service, les mini-bus équipages, se croisent, se frôlent, se suivent, s’évitent mais ne se percutent pas. Comme avant. Rien n’a changé à Atatürk. Le vent chasse les nuages, la mer fait disparaître les empreintes dans le sable, et, ici, le flot des avions et des voyageurs  a déjà effacé le sang frais des 44 victimes assassinées il y a un jour à peine.

*

Le duty-free vend ses produits, là, à 3 mètres et 1500 minutes de la zone d’explosion de la bombe.

*

Les impacts de balles sont manifestement moins intéressants que les bouteilles d’alcool, les parfums, les montres, les bijoux.

*

Les Belges ont mis trois semaines avant de rouvrir leur aéroport, les Turcs trois heures. Nous autres, Européens, sommes devenus trop sensibles, trop larmoyants.


*

La terrasse que j’avais repérée dans mes notes précédentes pour être à l’abri en cas d’attaque a été épargnée.C’était donc un bon choix. Mais pas si bon que ça puisque l’explosion a eu lieu à 80 pas à peine.

*

Roulette russe planétaire, Pari Morbide Universel financé par l’Etat - islamique au Levant.
Frissons garantis.
Une chance sur six - sur six millions - de gagner un ticket pour l’au-delà.

*

Passagers de passage qui passent qui passeront passagers pas sages qui ont passé ont dépassé ont des pas qui sont passés qui sont dépassés qui n’ont pas assez passé pas assez âgés ces passagers de passage c’est pas ça ces pas ces appâts c’est pas sage ah ces passagers de passage qui passent qui sont passés qui ne passeront plus qui ont trépassé qui ne trépasseront plus. Que Dieu ait leur âme.