dimanche 28 août 2016

le rest' à terre

Après deux ans d'une belle navigation le GROG éprouve le besoin de jeter l'ancre, de jeter l'éponge, de passer à d'autres choses.

Le BLOG restera donc en rade, visible quelque temps encore avant de disparaître ou - qui sait ? - de repartir.

Merci de m'avoir suivi entre la France, la Russie et l'Irak, je vous souhaite à tous une excellente rentrée.

A dan on ot soleil, comme on dit en martiniquais,

Lever de soleil dans le ciel de Russie, oblast de Samara

"And, until we meet again, 
May God hold you in the palm of His hands"
                                                                                                    poème irlandais

samedi 20 août 2016

un été russe : l'okrochka, soupe froide pour été chaud

Ces jours-ci, il fait vraiment "jarka" sur les bords de la Volga, 35°C à midi.
Pas question de manger du bortsch ou des pilmini.
Un plat s'impose.


L'OKROCHKA (prononcez a-kro-chka) : c'est frais, pétillant, léger, nourrissant, délicieux - et facile à préparer.

De mémoire, les ingrédients (pour 4 personnes) :
- 4 petits concombres
- 4 oeufs durs
- 4 pommes de terre
- du jambon (200 grammes)
- du saucisson râpé (100 grammes)
- des radis (en option)
- des oignons verts
- du persil
- du fenouil

Il faut tout couper en petits morceaux, en petits cubes (ockrochka veut dire "miettes").






Quand tout est prêt, vous pouvez servir dans chaque assiette.


Mais bien sûr, il ne faut pas oublier le KVAS, cette délicieuse boisson aux céréales fermentées, qui fait de l'OKROCHKA une incroyable souple pétillante.

Le kvas doit être servi frais

Si vous ne pouvez pas acheter de KVAS, vous pouvez le faire vous même !



Voilà, c'est prêt

Les Russes ont souvent tendance à ajouter une bonne dose de mayonnaise...
mais à mon avis, c'est meilleur sans !

Bon Appétit !
приятного аппетита !


samedi 13 août 2016

un été russe : VOLGA plage

Pour beaucoup de Français, la Russie c'est la neige, des ours, la Sibérie et un hiver éternel !

Alors, pour ceux qui ne le savent pas, en Russie, l'été - continental - est très chaud :  non pas parce que les filles ont souvent de très longues jambes et de très courts shorts mais tout simplement parce que le mercure se balade - selon les régions - entre 28°C et 40°C.

Pour se rafraîchir, rien de tel que la"пляж" (plage) !

Et pas la peine d'aller sur le mer Noire pour en profiter : les lacs, les rivières et les fleuves sont partout et offrent souvent des berges idéales.

A Togliatti ou à Samara, c'est la Volga qui coule paresseusement. Quel délice que de se plonger dans l'eau du plus long fleuve d'Europe (3500 km)

La Volga entre Togliatti et Samra

Un embarcadère pour rejoindre Togliatti ou Samara non loin de Sharayeva, le village du peintre Repin

Résultat de recherche d'images pour "haleurs de la volga"
le fameux tableau de Repin : Les haleurs de la Volga




La Volga à Togliatti, 15 km de large ! En face, les monts Jigouli


La plage à Togliatti

La plage à Samara, en plein centre ville !

Samara : il suffit de traverser le fleuve pour se retrouver en pleine nature.

La Volga occupe une place fondamentale dans l'imaginaire russe. Elle est, entre autres, le lieu des exploits de Stepan Razin (1630-1671), le Cosaque pirate pilleur massacreur libérateur des paysans !


Résultat de recherche d'images pour "stepan razine"


S

samedi 6 août 2016

Montaigne, la datcha, les terroristes et les choux

Depuis début juillet en Russie, j'alterne les séjours à la datcha et les séjours en ville.

A chaque retour en ville, je retrouve internet et les informations et chaque fois c'est la même chose : un terroriste fanatique musulman a tué à la hache, au couteau, au camion...

Alors je retourne vite à la datcha avec mon épouse, ma petite fille (et parfois aussi "Baboule", ma belle-mère!) sans radio, sans télé, sans nouvelles et sans mauvaises nouvelles.

Je cueille quelques framboises, quelques fraises, et je feuillette quelques pages de Montaigne qui m'accompagne cet été.



Mes pensées flottent et vont des tomates rouges qui mûrissent dans la serre aux malheureuses victimes dont les corps pourrissent déjà sous terre,

Un chien aboie, l'eau clapote dans le petit bassin, le voisin met Radio Datcha à plein volume, et ma fille pousse un cri de joie en voyant les énormes choux qui poussent dans le modeste jardin-potager.




La page lue de Montaigne croise alors l'instant vécu

"Je veux que la mort me trouve en train de planter mes choux, mais insoucieux d'elle et encore plus de mon jardin inachevé."
Essais I, 20

Mais pour l'instant, c'est la vie qui me trouve en train de déguster de délicieuses cerises et d'en faire des confitures !