mercredi 26 octobre 2016

DAECH en rêvait, BAGDAD l'a fait

Dans un article précédent, je parlais du désolant équilibre du mal ici-bas.

Ce principe se vérifie en ce moment en Irak.

Alors que l''Etat islamique au Levant perd du terrain dans la plaine de Ninive, son idéologie pleine de charia mortifère, elle, gagne du terrain et gangrène les esprits.

La preuve : le 22 octobre dernier, le parlement irakien - qui siège à Bagdad - a voté l'interdiction de l'importation, de la production et de la vente d'alcool...

jeudi 20 octobre 2016

Au coeur d'une milice chrétienne intégrée à la coalition contre Daech, les Nineveh Plain Protection Units (NPU)

J'ai eu l'occasion de prendre quelques bières à Ankawa avec Benoît Kanabus, professeur de philosophie embarqué dans la bataille de Mossoul. Il tient un blog et ses articles sont remarquables. Bonne lecture !
***
La guerre m'a conduit à suivre, aux fins d'une étude diachronique, cartographique et statistique, les Nineveh Plain Protection Units (NPU), autrement dit la milice assyrienne officiellement intégrée à la coalition dirigée contre l'État islamique en Irak.
Cette milice regroupe des hommes résolus à se défendre après que l'ensemble de la communauté chrétienne fut chassée de la province de Ninive et son patrimoine inestimable systématiquement liquidé, sans que ni l'armée irakienne ni les Peshmergas n'interviennent concrètement et sans que la communauté internationale ne s'en émeuve réellement. Le sort des chrétiens tombés aux mains de Daech était pourtant annoncé : se convertir, payer l'impôt infâmant ou partir ‒ alternative qui est rapidement devenue celle de mourir. Tous le répètent : ce crime contre la culture ne fait que s'ajouter aux massacres subis au cours du XXe siècle dont le plus effroyable fut le génocide assyrien commis par les Turcs parallèlement à celui des Arméniens. Les conséquences démographiques sont à nouveau catastrophiques puisque la communauté chrétienne a été réduite d'1.500.000 individus en 2003 à moins de 300.000 aujourd'hui, parmi lesquels les plus jeunes entreprennent à leur tour d'émigrer. Cette population ‒ qui a adopté le christianisme dès sa naissance et qui est, à l'instar des Coptes en Egypte, la plus ancienne du pays ‒ est purement et simplement menacée de disparition.

lundi 17 octobre 2016

à Mossoul, le CORAN tue


L'offensive sur Mossoul a commencé.

*

Depuis 48 heures, sur Erbil,  un nuage, un "smoke". Certains Kurdes disent que cette fumée est créée par DAECH qui enflamme les puits de pétroles, les pneus et autres combustibles, pour gêner les bombardements : je ne sais pas si c'est vrai mais, dans tous les cas, cela montre que Mossoul - à 60 kilomètres d'Erbil - est dans tous les esprits.

*

Très nombreux hélicoptères dans le ciel dont les lourdes pales découpent l'air et dont les lourdes bombes découperont les chairs.


*

Première journée d'attaque et déjà premières victimes peshmergas.

Famille en deuil - mes voisins.

Femme qui se découvre veuve, fils - orphelin.

Douleur.

*

Dans les villages désertés près de Mossoul : paquets de cigarettes, poupées, chiens errants et corans piégés.

Un ami kurde dont les deux frères sont sur le front me dit qu'un "homme pieux ne saurait laisser à terre le Coran."

Hélas.


dimanche 16 octobre 2016

ALEP EST ALEP OUEST

Les médias parlent beaucoup des bombardements sur ALEP EST, mais ils ne parlent jamais de ceux qui endeuillent ALEP OUEST.

De même, l'image du petit garçon couvert de poussière, blessé, et manifestement en état ce choc après un raid aérien sur Alep, a fait la une de toute la presse internationale alors que les photos de cet autre petit garçon décapité par les rebelles modérés d'Alep n' ont été relayées presque nulle part.

Il y a donc deux guerres : la guerre des bombes et la guerre des images. Et la plus dangereuse n'est peut-être pas celle qu'on croit.

Par-delà le bien le mal, le témoignage de sœur Anne-Françoise, carmélite de la communauté d'ALEP, c'est par ici.

PEACE and LOVE in PAKISTAN !

Résultat de recherche d'images pour "peace and love"
"Peace and love", mais non, ce n'est pas le cri des hippies pacifistes ! vous n'y êtes pas du tout, vous retardez...

"Paix et amour" sont les deux substantifs qui - d'après les médias dominants - qualifient le mieux l'Islam.

La preuve par l'image.

9ddd50a77fb94a79bc0522812883082f.jpg

Rappel, en anglais "to hang" veut dire "pendre".


Priez pour ASIA BIBI,
 chrétienne condamnée à mort pour blasphème au PAKISTAN.

*

Si la situation des chrétiens - qui ne représentent que 2% de la population - est terrible dans ce pays, (victimes d'enlèvements, d'insultes, de brimades, d'assassinats, de procès injustes ), il arrive parfois, Dieu soit loué, que les hommes se souviennent que - par-delà leur religion - ils sont frères et qu'ils doivent non pas s’entre-tuer mais s'entraider. 

Ne voulant pas donner dans le manichéisme le plus basique, je vous recommande ce petit article qui parle de ces musulmans pakistanais qui ont cotisé pour financer la construction d'une église dans un village : par ici.





mardi 11 octobre 2016

Mon meilleur ami, c'est le président POUTINE !

Je ne fais là que traduire le refrain d'une chanson de rap russe.

Chanson de circonstance après les tristes propos des compères de l'Elysée et de Matignon.

мой лучший друг это президент Путин


Les méchants russes lancent de méchantes bombes sur Alep, alors que nous, nous lançons ou allons lancer, de bonnes tartes à la crème, des mille-feuilles et des pains-au-chocolat sur Mossoul...

Bonne écoute sur RADIO DATCHA


lundi 10 octobre 2016

l'équilibre de la terreur

"Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme."

Il semble  que la fameuse formule de Lavoisier puisse se transposer facilement de la matière à la matière qui crie - autrement dit au mal.

Une guerre ou une épidémie s'arrête ici, une autre reprend là-bas : le mal se déplace mais ne s'arrête jamais. Tel un prédateur qui, une fois la carcasse de sa victime nettoyée, part ailleurs à la recherche de nouvelles proies.

Ainsi c'est au moment où l'Etat Islamique est sur le point d'être éradiqué au Levant que la Turquie, elle, est en phase d'être islamisée intégralement.

Ainsi, à l'abolition de la peine de mort (que l'on célèbre aujourd'hui) répond la propagation de l'avortement - qui n'est rien d'autre qu'une continuation de la tuerie par d'autres moyens.

La canule d'aspiration finale ressemble à la seringue d'injection létale,

Le lévonorgestrel et la bombe au phosphore sont frères du carnage,

La mifépristone et la kalachnikov, soeurs de désolation.

Et le diable y trouve son compte...

samedi 1 octobre 2016

Pologne obscurantiste

- J'aime me faire prendre quand je veux où je veux
- Le progrès
- J'aime me faire prendre mais je n'aime pas me faire avoir par un plus petit que moi
- Le progrès
- Et on a le droit de s'amuser, oui ou non ?
- Mais oui, c'est le progrès !
- Plusieurs partenaires
- Le progrès
- Plusieurs positions
- Le progrès
- Pas facile de toujours faire rimer plastique et érotique
- Le progrès
- Il n'y a pas de jouissance sans nuisance
- Eh oui, c'est le progrès. Et dites-moi, vos voisins râlent-ils parce que vous faites du bruit !
- Oui
- Le progrès. Pensez-vous qu'il faille jouir maintenant car après il sera trop tard ?
- Oui
- Le progrès, le progrès vous dis-je !
 - Ah oui, le progrès, c'est maintenant, c'est le présent, c'est la vivacité éternelle et charnelle de l'instant
- Dites-moi mon amie, ma délicieuse enfant, êtes-vous un peu prudente ? Appliquez-vous parfois quelque petit principe de précaution subite ?
- Oui, quand j'y pense... bien-sûr ! Mais parfois il est vrai, que j''y pense seulement un ou deux jours après !
- Mais c'est ça le progrès, le droit d'être léger, de se dire sans soucis et point de lendemain !
- Mais il y a, il est vrai, quelquefois, ô surprise, d'étranges dérangements, dommages collatéraux, ballonnements ventraux.
- Et oui, hélas, c'est le progrès. L'amour physique...
- N'est pas toujours éthique ?
- Mais il est dialectique ! Ah, le progrès, le progrès qui fait d'un mal un bien - un mâle vous fait du bien.
- Oui, la chair est forte, elle réconforte, le progrès m'a fait libre, le progrès m'a fait digne : je fais ce que je veux où je veux quand je veux
- Bien sûr, c'est le progrès
- J'aime jouir, jouir, jouir sans entraves
- Le progrès, le progrès, soyez brave ! Croquez dans la vie à pleines dents !
- Oui, mais parfois c'est un peu saignant !
- Le progrès ! Hugo n'a-t-il pas écrit...
- Hugo qui ?
- Mais ignorantus, ignoranta, ignorantum, Victor-Marie, Comte Hugo. Le grand. Le progressiste. L'inspirateur suprême du beau caodaïsme !
- Ah oui, oui, oui, j'écoute, j'écoute, je suis tout ouïe, oui, oui
- Sans cesse le progrès, roue au double engrenage, fait marcher quelque chose en écrasant quelqu'un
- " En écrasant quelqu'un" mais comme il exagère, c'est juste un peu de chair ! Une verrue, un furoncle, un aphte, un gros abcès qu'il faut très vite traiter
- Le progrès, le progrès, le progrès, vous dis-je,  nom sublime et saint, tel un ciel étoilé au dessus de nos seins !