jeudi 16 mars 2017

Les feuilles mortes d'Halabja

Aujourd'hui 16 mars, une minute de silence au Kurdistan vers 11 heures, en souvenir du massacre d'Halabja.

Le gazage de 5000 kurdes - dont beaucoup de femmes et d'enfants -  par les forces de Saddam Hussein en 1988.


Anfal



Il est une poétesse kurde, CHOMAN HARDI, qui a écrit un poème sur ce sujet. Le narrateur est... mais je vous laisse découvrir.


All my life I waited for words –

a poem, a letter, a mathematical puzzle.

On March 16th 1988

thousands of us were taken on board –
you can’t imagine our anticipation.

When they threw us out from high above

we were confused, lost in blankness.
All those clean white pages
parachuting into town…..

Puzzled faces looked up

expecting a message, but we were blank.

Two hours later they dropped the real thing.

We had been testing the wind direction.
Thousands of people were gassed that day.



Je tente une traduction en français


Toute ma vie, j'ai espéré des mots - 
un poème, une lettre, un problème mathématique.

Le 16 mars 1988
des milliers d'entre nous furent embarquées à bord d'un avion
vous ne pouvez pas imaginer notre état d'excitation.

Quand ils nous ont jetées dans les airs
Nous étions confuses, perdues dans le vide.
Toutes ces feuilles blanches vierges
parachutées sur la ville...

Des visages perplexes regardaient en l'air
attendant un message, mais nous étions vierges.

Deux heures plus tard, ils larguèrent la vraie chose.
Nous avions servi à tester la direction du vent.
Des milliers de personnes furent gazées ce jour-là.








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire